SinCity2

Sin City 2: je ne tuerai pas pour lui

a_dame_to_kill_for

En 2005, Franck Miller et Robert Rodriguez mettent une petite baffe visuelle aux spectateurs avec Sin City. Une ville où le vice domine et où les balles et les poings négocient mieux que la parole. Le film se démarquait par une réalisation en noir et blanc détonante. Ajoutons à cela un casting 5 étoiles à faire rougir les Expendables (quelle bande de tocard). Neuf années plus tard, Miller et Rodriguez remettent le couvert pour un film bien moins réussi sur bien des points.

Sin City fait parti de ces films que j’aime me refaire par temps de pluie ou quand l’ennui est là. Un plaid sur les jambes, une tasse de café dans les mains et une assiette de cookies sur la petite table de salon. Sin City est l’expression de la bestialité de l’homme face à des situations d’urgence ou la perte du contrôle. Tout y est exagéré, quasiment improbable comme dans un cartoon. Décomplexé, violent, beau à pleurer, en 2005 Franck Miller et Robert Rodriguez adaptent parfaitement le comics Sin City.

Quand A Dame To Kill For a été annoncé j’ai presque été surpris. Pourquoi cela ? Que vient-il faire là ? La crainte de le voir en retard sur son époque comme Marv été grande. La fin du premier film avec ce départ d’Hartigan le rendait beau et dramatique, réussit en somme. Miller voulait adapter le deuxième tome de son comics A Dame To Kill For et rajouter deux intrigues inédites : The Long Bad Night & Nancy’s Last Dance. Nouveau film, nouveau casting (prometteur), des trailers alléchants, les boobs de Eva Green. Y a du vice dans la promo, j’aime ça. Continue la lecture

the_purge_2_anarchy

The Purge 2: Paisible Anarchie chez l’Oncle Sam

American-Nightmare-2-Anarchy

Nous sommes en 2022, les Etats Unis vivent des jours paisibles grâce à leurs nouveaux pères fondateurs. Un gouvernement qui a eu la brillante idée de rendre légal pour 12h et une fois par an toute activité criminelle. Les bienfaits de cette « Purge » sont la baisse du chômage et du taux de criminalité. Ainsi chacun soulage son âme à sa manière. Continue la lecture

THE-HUNTING-PARTY-Promo-linkin-park-37061264-960-639

Linkin Park: la théorie de l’hybride

La chronique qui défile sous vos yeux ne devait pas se composer ainsi. A la base j’avais pour ambition de faire un petit pot pourri musical sur les sorties du mois de juin. Et puis est arrivé The Hunting Party. La hype m’a envahit. Ce sentiment qui utilisé par un homme normalement constitué permet d’oublier toute remarque négative et de survendre l’objet qui rend joyeux. Le nouvel d’album de Linkin Park est cet objet.

Nous sommes en 2000, un petit groupe américain vient envahir les ondes. A l’époque j’écoute Europe 2 et je me fais des compilations via ma chaine hif-i et un lecteur cassette. In The End est un des premiers singles que j’ai enregistré. L’album Hybrid Theory est une vraie pépite néo-métal ou rock fusion comme vous voulez. Savant mélange de métal, avec des phases rappées et un soupçon d’électro juste ce qu’il faut. En terme de composition ce n’est pas la folie mais ça reste efficace et terriblement bandant. Continue la lecture

metal-gear-solid-v-ground-zeroes_snake

MGS Ground Zeroes: un soucis d’enrobage

MGS-Ground-Zeroes

Qu’il est loin le temps de la découverte du trailer de Ground  Zeroes, Chico enclenchant son walkman (un Sony en hommage à la marque qui a fait connaître la licence?) et lançant la succulente Joan Baez. Here’s to you, juste pour nous et emballer notre petit coeur de fanboy-girl. Le climax arrivant avec le visage de Big Boss, leader de Militaire Sans Frontières débutant une nouvelle mission.

Depuis, le temps est passé, on a découvert les ambitions d’Hideo Kojima avec deux jeux, quelques critiques assez acerbes de la part de la presse et des joueurs puis Ground Zeroes est sorti. On peut enfin parler de ce qu’on connait. Continue la lecture

True-Detective

True Detective: bienvenue à Carcosa

True-Detective-carcosa

Si vous êtes amateur de séries US et que vous trainez votre souris un peu partout sur internet, vous avez forcément entendu parlé de True Detective. Cette série policière commandée par HBO (channel américain) contenant 8 épisodes d’environ 50 minutes se permet de bouleverser quelques codes bien trop installés depuis quelques années. Continue la lecture

loadout-pc

Loadout, chérie ça va trancher

Loadout

Aujourd’hui je reparle jeu vidéo (ouai ça faisait longtemps) et en plus c’est sur PC via Steam. J’ai récemment découvert Loadout en regardant le cher et tendre Dr Chocapic journaliste chez Gamekult qui a l’habitude de streamer chaque midi un jeu sur PC. La plupart du temps, le soft présenté n’est pas trop connu. Bref, je suis donc tombé sur ce jeu développé par Edge Of Reality (Mass Effect sur PS3, Dragons Age Origin …) et qui est réservé aux porteurs de grosses corones. Continue la lecture

music

Now Listen: mes albums du moment

Face à l’ennui, il n’y a qu’une chose pour me sauver: la musique. Mais depuis le début de l’année, je tourne un peu en rond de ce côté là alors je me suis empressé d’aller chercher quelques nouveautés pour mes oreilles. Du coup j’ai dégoté un coup de coeur, quelques découvertes et deux albums de groupes qui sont dans mes playlists depuis des années.  On y va? Allez viens. Continue la lecture

maxresdefault

Série: Hélix, angoisse glaciale

L’hiver est rude pour les amateurs de séries TV. Les trois séries que je suis actuellement (TWD, Sleepy Hollow,  The Blacklist) sont en pause hivernale et la saison deux de The Following tarde à venir. Le mois de janvier lui, permet aux nouvelles séries de se lancer et d’aller chercher du public c’est le cas de Helix diffusée sur SyFy. Une nouvelle série dramatique et horrifique reprenant le thème du virus inconnu menaçant la planète entière qui m’a attiré des les premières minutes de sa création. Le froid, la maladie, l’isolement, tout ce que j’adore détester. Continue la lecture

don-jon (2)

Don Jon

Réalisé par Joseph Gordon Levitt qui s’est fait plaisir en se donnant le premier rôle, Don Jon raconte l’histoire d’un homme célibataire qui aime son appart, va à l’église, aime sa famille, prend soin de son corps et est expert dans les aventures d’un soir option je te rappelle pas. Seulement ce Don Juan des temps modernes a un soucis. Il est frustré sexuellement. Pour lui, une relation sexuelle ne vaut pas ce que provoque le visionnage d’un film pornographique alors à chaque fin de coït, monsieur allume son mac et fait travailler son poignet pour s’abandonner au plaisir ultime. Jon a une vie parfaitement minutée qui va prendre un peu de retard lorsqu’il va rencontrer Barbara, une blonde qui sait ce qu’elle veut et surtout ce qu’elle ne veut pas. Continue la lecture

top11-2013

Jeux Vidéo: Mon top 11 de 2013

lotr

Vision artistique de votre serviteur prêt à affronter vos foudres

Voyant fleurir sur twitter des tops de la mort qui tue sur les jeux marquants de cette année et après avoir perdu du temps à essayer de débattre, je me suis dis qu’il valait mieux établir son petit classement au calme et apporter des arguments à chaque choix. Evidemment, vous allez retrouver ce que j’ai dis sur mon article lié à la PS3 mais je vous évite d’aller fouiller. Je suis un gars avec le coeur sur la main.

1 – Metal Gear Rising Revengeance (PS3)

En bon vieux fan de la licence, j’ai suivi de près le développement de  MGR Revengeance spin off de la saga Metal Gear et pris en charge par Platinum Games (Bayonetta) après qu’Hideo Kojima ait décidé de se consacrer à l’épisode Peace Walker. Sage décision puisque cet épisode se déroulant dans le futur est plein de fraîcheur, ultra nerveux et à la grosse qualité d’avoir un bon scénario. Pour un beat them all c’est à souligner (n’est ce pas DMC Devil May Cry). Tout ça pour vous dire que trancher du soldat au katana, avec le style épique des MGS sans oublier des boss avec un fort charisme fait de ce jeu mon coup de coeur de l’année et un beau GOTY alternatif.

2 – Bioshock Infinite (PS3)

Qu’il est loin ce beau printemps 2013 où les médias, les blogueurs, les joueurs faisaient de la lèche à la licence de Bioshock et surtout à Ken Levine son créateur. La majorité des sites ont mis des belles notes (7/10 ;  18-19/20 etc) avant de tout baisser quelques mois plus tard. Je trouve ce retournement de veste assez triste dans le sens où ces sites/blogs ont incité des gens à acheter un jeu avant de le balancer par dessus bord. Que peut on reprocher à Bioshock Infinite? Le scénario? Très franchement il m’a emballé de A à Z et les différents ressorts pour redonner du rythme arrivent au bon moment et ne sont que très peu téléphonés. Ce qui fait le plus parler concerne plutôt le cliff de fin.

bioshock infinite

Les haters vont hater un peu plus

J’ai refais le jeu 4 fois et il vrai que plus on approche de la révélation plus on sent le truc arriver mais ces ficelles paresseuses n’apparaissent pas à la première run. De la naiveté de ma part? Probablement. Le gameplay est pointé du doigt pour son côté répétitif. Il est vrai que BI se caricature lui même avec beaucoup de nervosité dans les gunfight puis d’un coup plus rien. Au delà de cela, je trouve l’univers magnifique avec une ville de Columbia totalement magique et pathétique. Elizabeth est une aide de camp de qualité qui n’agace pas le joueur et son charisme est aussi grand que le romantisme présent dans le jeu. Oui Bioshock Infinite est deuxième de mon top JV 2013 grâce à sa violence et sa poésie et je concède volontairement que son bashing de fin d’année l’a fait remonté dans mon coeur.

3 – Fire Emblem Awakening (3DS)

Oh un jeu 3DS sur la troisième marche du podium. Pas grand chose à dire sur ce jeu. J’ai découvert la saga avec Awakening et je regrette ce retard. Le scénario est plutôt simple mais plein de petites choses qui rend le jeu intéressant. Le format portable m’a permis d’apprécier le jeu en voiture, en train, à dos de poney etc.  A faire ou à refaire sans hésitation

4 – The Last Of Us (PS3)

Sans conteste le jeu d’une génération pour beaucoup et j’en fais parti ou presque. Ce petit bijou signé Naughty Dog m’a bouleversé dès son introduction. Tel un boxeur montant sur le ring, on est chaud comme la braise pour suivre l’aventure de Ellie et Joel et round après round on encaisse, on est moins serein défensivement et on se fait happé par le scénario qui est d’une richesse décidément bien rare en 2013. Une écriture si excellente qu’elle fait oublier le gameplay copier coller d’Uncharted, répétitif et aussi les bugs liés à Ellie qui passe devant les ennemis sans les alarmer etc des détails gênants pour un jeu qui se veut immersif et joue sur l’infiltration. Mais il vaut à lui seul l’achat d’une PS3 et ouai.

tlou

Sérieusement j’ai chialé à ce passage

5 – Grand Theft Auto V (PS3)

R* a marqué l’année 2013 de toute son empreinte, son aura d’une telle force qu’on ignore quels jeux sont sortis en septembre. Sur la toile on a pu découvrir les scandales des jeux sortis en avance, la rage de certains ne trouvant pas le jeu etc. GTA V est un jeu fidèle à l’esprit de la licence et montre encore une fois que Rockstar maîtrise parfaitement l’open world et sait aussi écrire des histoires. Epique, terriblement fun, j’ai défini GTA V  comme un jeu pop corn où il est possible de se concentrer sur le scénario sans se prendre la tête et de picorer sur les à côtés. La cour de récré vidéoludique est là.

6 – Assassin’s Creed  IV Black Flag (PS3)

J’ai retrouvé du bon voir de l’excellent dans cet épisode d’AC IV. Alors non tout n’est pas parfait mais malgré des grosses faiblesses dans la narration et son rythme, le scénario est bien plus solide que AC III. L’univers maritime et de la piraterie est pleinement exploité et agréable à vivre. Dans ma tête, AC IV est troisième de la saga derrière Brotherhood et AC II. Voila j’ose le dire.

aciv

On a même droit à un trophée pour ça

7 – Les DLC de Dishonored (PS3)

Sincèrement quand j’ai commencé à rédiger cet article, La Lame de Dunwall et Les Sorcières De Brigmore étaient à la troisième place puis j’ai essayé d’être moins fanboy. Un peu plus haut, je parlais de TLOU comme jeu de la gén et bien mon coup de coeur de la génération est là pour moi. Dishonored me transporte à chaque fois que je le lance, il a une emprise incroyable sur moi un peu comme ont pu faire  Max Payne, MGS 3, Red Dead Redemption ou Majin and The Forsaken Kingdom. Liberté de mouvement, scénario lié à nos actions, notre violence, l’époque Victorienne etc sont des arguments lourds d’intérêts dans ce jeu. Dishonored a connu trois DLC, le premier faisait la part belle au challenge avec des défis assez dingue. Les deux suivants viennent compléter le maigre scénario de départ. Là, on incarne Daud ennemi juré de Corvo héros du jeu et on a droit à un gros changement. Daud parle, pense, à des remords et cherche la rédemption. On a de l’empathie pour lui alors que c’était plus compliqué avec Corvo qui n’avait ni voix ni pensées sur ses actes de vengeances. Les deux DLC liés à Daud approfondissent énormément l’univers de Dunwall avec l’usine d’huile de baleine, le quartier riche, le manoir de Brigmore etc. Et puis cette replay value est tellement intéressante. Non vraiment, je suis amoureux de ce jeu.

8 – Guacamelee (PS Vita)

Ayant acquis ma PS Vita il y a peu, je débute à peine les gros jeux du support mais quel coup de coeur qu’est Guacamelee. L’impression de jouer à un jeu signé Quentin Tarantino en étant sous acide. Un bon jeu qui tâche au doux rythme de l’Amérique latine. Son gameplay mise sur une progression au fil de l’aventure. Guacamelee est totalement chronophage.

9 – Outlast (PC)

En 2013, je me suis remis à avoir peur avec des films et aussi avec des jeux vidéo. Ou du moins un jeu. Outlast. Ce jeu signé Red Barrels est malsain, glauque, violent, stressant et totalement barré. J’ai squaté le PC d’un ami pendant deux semaines pour pouvoir le faire vu que l’autre support est la PlayStation 4.

outlast

L O L

10 – Brothers A Tales Of Two Sons (PS3)

C’est totalement par hasard que je me suis penché sur ce jeu possédant une faible durée de vie. Brothers [...] nous emmène dans une aventure mélodramatique avec un gameplay original et qui sert l’histoire. Poétique, plutôt beau, j’ai été vraiment conquis par ce petit ovni appartenant à la maison qu’un certain PayDay.

11 – Dota 2 (PC)

Terminons avec Dota 2 que j’ai découvert grâce aux streams et dont l’ambiance est le principal atout. C’est sur Steam, c’est sur PC, c’est gratuit et c’est hyper prenant. J’ai commencé à m’y mettre il y a peu et j’ai déjà eu du mal à lâcher. Précision: ça tourne sur un pc portable avec une hd graphics 4000.

J’aurai pu mettre dans ce top des jeux comme Metro Last Light (un vrai régal qui est passé trop inaperçu), Dragon’s Crown, Monaco ou encore l’étrange The Stanley Parable etc mais il fallait trancher. 11 jeux c’est pas assez tellement 2013 fût une belle année en terme de sorties de jeux mais en même temps c’est beaucoup trop quand il faut choisir l’élu de son coeur. Se laisser influencer par des avis permet de faire de belles découvertes mais se fier à son instinct et avoir la bonne ou mauvaise surprise de découvrir un jeu c’est quand même dix fois mieux.

COME ON 2014, I’M READY

LOL